La diversification alimentaire

La diversification alimentaire

La diversification alimentaire signe le début d’une alimentation solide. L’ordre dans lequel les aliments sont introduits est influencé par les habitudes, les cultures et les saisons. Il n’y a donc pas de juste ou faux dans l’ordre d’introduction des aliments, même si certains aliments vont être plus digestes que d’autres pour votre bébé.

Quand débuter la diversification ?

Les experts recommandent d’introduire des aliments solides dès l’âge de 4 mois révolus et jusqu’au 7ème mois, notamment en prévention des allergies. Dans cette tranche d’âge, le système digestif est prêt pour accueillir de nouveaux aliments et au delà de 6 mois, le lait n’est plus suffisant pour couvrir à lui seul les besoins nutritionnels du bébé.

Le lait reste le fondement de l’alimentation. Si vous allaitez, votre lait continue de s’adapter de manière naturelle aux besoin de votre bébé. Si ça n’est pas le cas, les laits deuxième âge viennent gentiment se substituer aux laits premier âge.

Jusqu’à présent, il y a eu énormément de règles et d’avis divers, ce qui fait que l’on entend encore beaucoup de conseils différents. Les recommandations à ce jour suggèrent que vous pouvez donner tous les aliments, sans faire de distinction mois par mois, ni par catégorie d’aliments.

Bien entendu, il s’agit surtout de faire confiance à votre instinct et d’observer la tolérance de votre enfant.

Le saviez vous ? Si la diversification n’intervient pas dès la naissance de votre enfant, c’est pour 2 raisons principales : (1) le lait maternel (ou en poudre) est mieux adapté d’un point de vue nutritionnel et (2) le système digestif de votre enfant n’est pas encore prêt. Son microbiote intestinal, par exemple, ne le sera que vers l’age de 2-3 ans.

Comment s’y prendre?

La diversification va permettre l’introduction de 3 nouveaux groupes alimentaires (en plus du lait) :

  • Les fruits et les légumes
  • La viande et la volaille
  • Les pommes de terre et les céréales infantiles

L’introduction de sources de céréales contenant du gluten (blé, seigle, orge) devrait se faire lorsque la mère allaite (afin de protéger l’enfant d’allergies éventuelles) ou après 4 mois dans tous les cas.

Introduisez un seul légume à la fois, puis attendez 2-3 jours avant d’en introduire un nouveau. Ceci permet d’évaluer la tolérance de chaque aliment introduit.

Débutez par une seule cuillère de purée lors du repas de midi par exemple. Il recrachera sûrement les premières fois par effet de surprise. Il faut parfois entre 7 à 14 essais pour que le bébé accepte un aliment. Armez vous donc de patience s’il ne veut pas manger les purées. Par exemple, s’il refuse un jour tel aliment, pensez à lui en proposer un autre jour. N’oubliez pas qu’un bébé n’a pas les mêmes papilles gustatives que les adultes.

Un bébé mange de tout et aime tout. On peut accepter qu’il refuse un ou deux légumes mais il ne devrait pas en refuser plus.

Si vous voulez apporter de la structure dans votre approche, il est possible de vous faire un petit plan de diversification. Alors que certains parents préfèrent garder de la spontanéité, d’autres préfères l’organisation.

Cookingformybaby sur l’introduction de la diversification alimentaire.

Quelle quantité et diversité de nourriture donner à mon enfant ?

Au début, votre bébé ne mangera que quelques cuillères. Il devra s’habituer à cette nouvelle texture. Il est recommandé de débuter par la purée et de terminer le repas par le lait.

L’enfant mangera selon ses besoins et les quantités de lait vont diminuer petit à petit. C’est lui qui va dicter les quantités qui lui conviennent. Quand un volume de 200-250 g de solides est atteint, le lait peut-être supprimé du repas. Suivez l’appétit et la satiété de votre bébé sans forcing.

Un repas équilibré est normalement constitué de moitié de farineux et de légumes; les apports en protéines (pour le fer notamment) seront quant à eux beaucoup plus petits: on commence par 1 cuillère à café de viande, poisson ou œuf par jour, puis on augmente au fur et à mesure des semaines. Je propose toujours d’évaluer la quantité selon la paume de la main de votre enfant. Une quantité excessive de protéines durant les premiers mois  et années de vie peut induire une prise de poids trop importante et risquer un surpoids durant l’enfance.

Mais il y a une chose dont il faut se rappeler : l’équilibre alimentaire se fait sur la semaine. Si un jour le repas ne comporte qu’un seul type d’aliment, comme par exemple des pâtes, ceci ne pose aucun problème.

Pour que votre enfant n’ait pas de carences et qu’il grandisse bien, il est important d’apporter une VARIÉTÉ D’ALIMENTS, qui peut donc s’étaler sur plusieurs jours. Il ne faut surtout pas être trop rigide sur l’alimentation au risque d’ajouter un stress autour des repas.

Il est bien entendu important de suivre une alimentation saine et équilibrée, mais attention de ne pas tomber dans un schéma « trop sain » et qui ne se rapproche pas de vos habitues alimentaires. Sachez que votre enfant agit par mimétisme et qu’il a besoin de vous voir manger pour pouvoir apprendre par lui-même.

La texture

La texture des purées évolue avec l’âge de votre enfant. Cela dépend toujours du développement de la dentition et des capacités de mastication du bébé. Au début il sera surpris par les nouvelles textures et aura probablement le réflexe de les recracher. C’est un réflexe physiologique chez l’enfant qui est donc tout à fait normal et inné.

C’est en expérimentant des textures nouvelles qu’il va apprendre à mastiquer et à avaler en bonne coordination. Ci-dessous une idée du type de texture selon les mois. A nouveau, il s’agit d’un guide. Chaque enfant avance à sa vitesse et il n’y pas à s’inquiéter s’il ne suit pas à la lettre ce qu’on vous recommande. Vous pouvez toujours en parler à votre pédiatre ou votre diététicien(-ne).

  • De 4 à 6 mois : mixée-lisse
  • De 7 à 8 mois : grumeleuse
  • De 9 à 11 mois : écrasée à la fourchette ou hachée
  • Dès 12 mois : hachée / morceaux

Un exemple de journée type

En Europe, on commence généralement à diversifier l’alimentation lors du repas du midi et du goûter. Mais cela dépend aussi du temps que vous avez à disposition. Il est important de pouvoir commencer cette nouvelle alimentation dans le calme. Sinon le bébé risque de percevoir le stress.

Le rythme des repas diminue avec le temps:

  • De 0 à 4 mois: environ 6-8 repas sur 24h de lait maternel ou lait 1er âge à environ 4-5 repas à 6 mois
  • De 4-6 mois: Alimentation de jour uniquement (généralement les biberons de nuit sont progressivement arrêtés)
  • De 4 mois à 12 mois: Diversification alimentaire (légumes, fruits, viande, poisson, œuf, céréales: mixés et sans sel ni sucre ajouté) en complément au lait maternel ou lait 2ème âge (le lait 2ème âge peut être débuté une fois que l’enfant mange un repas diversifié complet par jour)
  • De 1 an à 3 ans: Lait 3ème âge ou lait de vache (ou autre lait: cf. Quel lait choisir). Alimentation diversifiée, mixée ou en petits morceaux, légèrement salée avec 3 repas principaux et 1-2 collations.
    • Attention le lait d’animal est pauvre en fer et riche en protéines par rapport au lait 3ème âge

Repas type d’un bébé de 4 mois

Voici l’exemple d’un repas d’un bébé de 4 mois. Sachez que ce rythme est très illustratif et doit être adapté à votre bébé et à votre style de vie.

  • Matin: un biberon
  • Midi: repas mixé + lait
  • 16h: compote + lait
  • Soir: lait

Repas type à partir d’un an

On dit que vers un an, un bébé devrait manger au même rythme que les parents et manger les mêmes repas. Pour autant bien sûr que les repas ne soient pas trop salés. Certains parents mixent ou écrasent à la fourchette leur repas pour l’adapter à l’enfant. On peut imaginer par exemple, écraser à la fourchette des spaghettis bolognaise!

L’eau et les boissons

Les premiers mois de vie, le lait reste la boisson idéale pour le nourrisson et ceci même au début de la diversification. Le nouveau-né n’a pas besoin d’eau, tant que le lait est la source principale de son alimentation, sauf en cas de grosse chaleur !

Les jus de fruits / nectars ne sont pas conseillés avant l’âge de 1 an, ils sont source de sucre simple et provoquent des caries. Je ne les recommande pas non plus après, étant donné qu’ils sont considérés comme un produit sucré, comparable à un soda. Moins vous habituez votre enfant au goût sucré, moins il en demandera.

Cuire et épicer les aliments

Ce qui est recommandé est de cuire les aliments vapeur ou avec peu d’eau afin de conserver les vitamines et minéraux. Beaucoup de parents utilisent le Babycook® mais à vous de choisir la façon qui lui convient de cuire les aliments. 

On ajoute la matière grasse juste avant de manger, et pas de sel ni sucre avant un an. Vous pouvez ajouter un tout petit peu d’épices (cannelle, curry…) ou des fines herbes (ciboulette, persil…) si vous voulez réhausser le goût.

Il existe des avis divergents sur la teneur en aflatoxines dans les épices. Sachez qu’en réalité on peut en retrouver dans d’autres aliments (noix, lait de vache, lait maternel, riz…). Il s’agit d’une toxine produite par des champignons, donc une espèce de moisissure Si vous en avez entendu parler et que ça vous angoisse, vérifiez plutôt la fraîcheur de l’aliment ou depuis quand il est dans votre armoire.

Vous pouvez choisir des aliments frais, congelés ou en boîte. Il y a actuellement un débat concernant la teneur en vitamines des aliments frais versus congelés. Pour les aliments frais, cela dépendrait de la richesse de la terre, du temps écoulé entre la récolte et l’arrivée dans votre assiette, alors que les aliments congelés sont mis sous glace directement après la récolte.

Certains aliments se mangent cru et peuvent être donnés aux bébés sans devoir être cuits, comme l’avocat ou la banane. Ils peuvent facilement s’écraser à la cuillère!

La conservation des aliments

Les purées peuvent être gardées 24h à 48h au réfrigérateur, dans une boîte bien fermée ou recouverte d’un papier film. Par soucis d’organisation, j’entends souvent de la part des parents qu’ils congèlent les purées préparées maison, dans les cubes des bacs à glaçon ce qui est tout à fait acceptable. Il n’y a généralement pas de perte en vitamines ou en minéraux par cette technique. Ne recongelez jamais par contre un aliment décongelé et évitez, si possible, de les réchauffer au micro-ondes. Préférez une casserole.

Purées faites maison ou du commerce ?

Il est important de veiller à ce que les repas cuisinés maison soient équilibrés avec une source de légumes, farineux et protéines.

Pour les petits pots industriels, ils sont très contrôlés mais vérifiez quand même qu’ils ne contiennent pas d’arômes ajoutés afin de ne pas influencer le goût du bébé.

Voici quelques avantages et inconvéniants des petits pots commerciaux.

Astuce pratique : faire une purée maison prend du temps et si c’est pour que votre enfant ne mangue qu’une cuillère, c’est parfois un peu décourageant. Utilisez des bacs à glaçons pour congelé de petites portions de votre purée. Vous pourrez les décongeler le moment voulu. (le site des louves vous donne quelques autres astuces bien utiles)

Les avantages des petits pots 

• Ils sont vite préparés

• Ils sont pratiques à emporter

• Qualité microbiologie contrôlée

• Qualité toxicologique contrôlée

• Qualité nutritionnelle contrôlée

Les inconvénients des petits pots

• Choix de saveurs et de textures limité

• Repas déconnectés de la culture alimentaire familiale

• Repas déconnectés des saisons

• Emballages à jeter ou recycler

En tout les cas, il est important de bien lire les étiquettes de de vérifier qu’il n’a pas de sucre ajouté.

Notre memo sur la diversification pour vous y retrouver :
– Afin de détecter tout risque allergique, commencer par un aliment à la fois
– Tous les 1 à 2 jours, donner un nouvel aliment
– Donner des aliments venant des 3 groupes principaux: d’abord les légumes, puis les farineux (pomme de terre, riz, patate douce, pâtes, semoule, céréales etc) et ensuite les protéines (viande, poisson, oeuf)
– Ne pas oublier l’huile: olive ou colza: 1 cuillère à café par repas
– Pas de sel ni de sucre ajouté
– Éviter l’alimentation de réconfort (par exemple: donner un chocolat en récompense parce qu’il était sage)
– Éviter de lui proposer la tablette ou le téléphone en lui donnant à manger

Le saviez-vous ? Il est conseille d’introduire le gluten entre le 4è mois révolu et le 7è mois pour diminuer le risque de coeliaquie (allergie au gluten). Les céréales contenant du gluten sont par exemple le blé, le froment, l’orge, le seigle.

Les questions que vous nous posez

Digestion: Les aliments indigestes, mythe ou réalité ?

Voilà un sujet passionnant!! Il existe certes des aliments plus digestes que d’autres, par exemple une courgette comparée à des lentilles. Les fibres d’un légume cuit s’attendrissent lors de la cuisson; de plus, l’aliment est mixé ce qui casse les fibres. Si vous avez l’impression que votre enfant digère moins bien un aliment, il est aussi possible qu’il doive s’y habituer.Ici de nouveau il s’agit de faire preuve de bon sens et de votre instinct.

Comment et quand introduire les oeufs dans l’alimentation ?

Les oeufs peuvent désormais être introduits au 4ème mois. Auparavant, on conseillait de n’introduire le blanc qu’à partir d’un an. Les études ont montré que pour diminuer le risque d’allergie, il est préférable de l’introduire dès le début de la diversification.

Mon bébé ne mange pas, que faire ?

C’est un sujet délicat sur lequel il est difficile de se prononcer ou de trouver une explication. Il peut y avoir beaucoup de facteurs qui font que votre bébé ne mange pas. Soit il n’a pas plus faim, soit il boit trop de lait et ne veut pas de la purée. Parfois un enfant refuse de manger, s’il a quelque chose à exprimer (par exmple: une frustration, une douleur) qu’il ne peut pas dire car il ne parle pas encore. Dans ces cas là, je vous encourage à en parler avec votre pédiatre.

Les sources : https://www.hesge.ch/heds/sites/default/files/actualite/documents/ b_repond_diversification_alimentaire_1er_fevrier_2018.pdf, https://www.swiss-paediatrics.org/sites/default/files/2017.07.21_empfehlung_sauglingsernahrung_f_korr.pdf, http://www.sge-ssn.ch/media/feuille_d_info_alimentation_du_nourrisson_2012_4.pdf, https://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/documents/du_lait_au_petit_plat_06_11.pdf

Dernière mise à jour le