Laits en poudre: Lequel choisir?

Laits en poudre: Lequel choisir?

De la naissance à 4 mois, le lait constitue l’aliment principal pour votre enfant. Maintenant il s’agit de choisir le lait adapté à votre enfant et c’est là que vous vous retrouvez devant un choix infini d’options.

Les différents laits infantiles:

Il existe trois catégories de laits selon les âges:

  • De 0 à 6 mois, c’est le lait premier âge
  • De 6 à 10 mois, le lait deuxième âge
  • A partir de 10 mois, le lait troisième âge ou lait de croissance

Quelles quantités faut-il donner?

Il n’y a pas de règles gravées dans le marbre. Les recommandations sont très générales. Celles-ci vous donneront une idée du volume de lait à donner selon l’âge de votre enfant, mais il faut garder à l’esprit qu’elles peuvent varier d’un enfant à l’autre. C’est l’évolution du poids qui va indiquer si le volume pris par jour est suffisant. Par exemple, n’hésitez pas à augmenter le nombre de biberons si votre enfant les réclame ou au contraire à répartir des quantités plus petites, mais moins espacées si nécessaire. Voilà un exemple du volume des repas d’un bébé qui aurait un poids qui se situe dans la moyenne pour son âge.

  • Entre 0 et 1 mois: 6 x 90ml
  • Entre 1 et 2 mois: 6 x 120ml
  • Entre 2 et 3 mois: 5 x 150ml
  • Entre 3 et 4 mois: 5 x 180ml
  • Entre 4 et 5 mois: 4 x 210ml
  • Entre 5 et 6 mois: 4 x 240ml

Quel type de lait choisir?

Nous voici dans la caserne d’Ali Baba avec un choix infini d’options.

Les laits standards:

Les laits standards sont faits à base de lait de vache. Sachez que l’alimentation des vaches dont le lait est utilisé pour fabriquer le lait infantile, est extrêmement contrôlée. Tous les laits proposés sur le marché sont adaptés aux normes de sécurité. Ils ont été créés pour s’adapter aux besoins du bébé et ils visent à se rapprocher le plus possible du lait maternel. Ils ont tous les mêmes vertus alimentaires sans réelle différences. Le choix des marques dépend entièrement de votre décision personnelle.

Vous entendrez souvent des arguments sur la présence de graisse de palme dans certains laits infantiles. Sachez qu’il y a aussi de l’acide palmitique (donc la graisse de palme) naturellement dans le lait maternel.

Les laits bio:

Il existe actuellement des laits infantiles bio. Ceux généralement proposés sur le marché, répondent aux normes de sécurité agro-alimentaires, ainsi qu’aux besoins physiologiques des nourrissons. Là aussi le choix d’un lait bio dépendra de votre propre opinion.

Les laits à base de céréales:

Aujourd’hui il existe un choix de lait venant des céréales qui est une alternative aux laits d’animaux (lait de riz et soja). Il est important de bien choisir un lait spécialisé pour les bébés qui sera enrichi avec les vitamines et minéraux nécessaires au bébé, au même titre qu’un lait infantile à base de lait de vache. N’hésitez pas à en parler à votre pédiatre ou votre diététicienne.

Les laits à base d’autres animaux:

Il a toujours existé de nombreux laits venant de différents animaux ( lait de chèvre, brebis, annesse, jument). Attention à bien choisir les préparations pour nourrissons afin d’éviter d’éventuelles carences alimentaires. Par exemple, le lait de chèvre qui n’a pas été transformé en lait pour bébé, n’est pas assez riche en fer et autres micro-nutriments.

Quid du lait de vache?

Le lait de vache entier peut être introduit dès 12 mois, en accord avec votre pédiatre ou votre diététicien-ne. Le lait de vache contient plus de protéines et moins de fer que le lait infantile, c’est pourquoi il n’est pas recommandé comme aliment de base avant un an. Parfois, il est même conseillé de retarder son introduction comme apport laitier principal à 2 ou 3 ans. Cela peut être discuté avec un professionnel de la santé car les avis divergent à ce sujet.

En revanche, le lait de vache peut être utilisé en petites quantités dans les purées avant 1 an, tout comme les yoghourts peuvent être donnés dès la diversification.

Les laits de formule ont été modifiés pour diminuer la teneur en protéines et sont donc adaptés aux besoins des bébés pour lesquels un apport trop important en protéines est néfaste pour les reins et augmenterait le risque de surpoids.

Dernière mise à jour le