Les pleurs de décharge

Les pleurs de décharge

Le soir venu, vous constatez que votre bébé pleure de manière importante. La crise est intense et difficilement contrôlable et l’événement se produit relativement souvent. Il s’agit peut-être de ce que l’on appelle les pleurs de décharge.

Qu’est-ce que les pleurs de décharge ?

Nous l’évoquons souvent sur le site de Grandir, pleurer est un moyen d’expression pour nos enfants. Jusqu’à un certain âge, il s’agit même du seul moyen d’expression à leur disposition. Les pleurs de décharge n’échappent pas à la règle : ils représentent une manière de s’exprimer.

Plus précisément, il s’agit d’une extériorisation des émotions accumulées tout au long de la journée. C’est la raison pour laquelle les pleurs de décharge arrivent souvent le soir et viennent perturber le sommeil, au moment où le calme s’installe.

Le saviez-vous ? Habituellement, la phase des pleurs de décharge débute aux alentours d’un mois de vie et se termine aux alentours de 3 à 4 mois. La période durant laquelle les pleurs du soirs sont les plus intenses se situe entre 6 et 8 semaines.

Comment calmer les pleurs de décharge ?

Tout d’abord, il est important de comprendre la source de ces pleurs. Il s’agit peut être également de coliques du nourrisson par exemple. Dans ce cas-là, la solution ne sera pas la même que pour les pleurs de décharge.

Après avoir éliminé les autres causes possible, essayez d’accompagner l’expression des émotions de votre enfant en le rassurant. Certains parents chantonnent une petite berceuse alors que d’autres favorisent un contact en prenant l’enfant contre leur peau par exemple. Dans tous les cas, n’oubliez pas qu’à son âge, votre enfant est très sensible à vos propres expressions. Assurez-vous donc d’être vous-même dans un état calme et serein avant d’essayer de le calmer.

Ne vous inquiétez pas si votre enfant ne se calme pas tout de suite. Ce processus d’évacuation du trop-plein de la journée est normal et peu prendre un petit moment à s’effectuer.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Si vous suspectez une douleur, n’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre. De plus, si votre enfant pleure de manière très récurrente, sans que vous n’arriviez à le calmer, il est peut-être également intéressant de demander conseil à un professionnel. Ce dernier pourra vous apporter des pistes supplémentaires.