La gastroentérite aigue

La gastroentérite aigue

Votre enfant a des diarrhées, la nausées et/ou des vomissements? il s’agit probablement d’une gastroentérite aigue, plus communément appelée « la gastro ».

Qu’est-ce que la gastroentérite aigue?

Il s’agit d’une infection qui peut être due à un virus (le plus fréquemment), une bactérie ou un parasite, au niveau du tube digestif. Les virus fréquemment impliqués sont: le rotavirus, l’adénovirus, et le norovirus.

Les infections bactériennes (Escherichia Coli, Salmonella, Campylobacter, Shigella, Yersinia) ou parasitaires (Giardia intestinalis, Cryptosporidium parvum ou Entamoeba histolytica).

La gastroentérite aigue se différencie de l’intoxication alimentaire par le fait qu’elle est souvent due à l’acquisition d’un germe qui se multiplie dans notre organisme et qui produit ensuite les symptômes.

L’intoxication alimentaire est plutôt due à l’ingestion de la toxine produite par un germe, et qui fera donc immédiatement des symptômes digestifs qui s’arrêteront dès que la toxine est éliminée. L’intoxication alimentaire fait donc des symptômes (diarrhées/vomissements) dans les minutes-heures suivant l’ingestion et disparaît en 24h. La gastroentérite aigue nécessite une période d’incubation durant laquelle les germes se multiplient avant de provoquer des symptômes qui prendront aussi plus longtemps (plusieurs jours) à partir.

Les symptômes de la gastroentérite aigue

  • Diarrhées: Selles défaites ou liquides, plus de trois fois par jour
  • Nausées et/ou vomissements
  • Fièvre (pas obligatoirement)
  • Maux de ventre
  • Perte d’appétit

Les symptômes peuvent varier selon le germe responsable de l’infection. Les bactéries feront plus souvent des selles sanglantes (selles avec traces de sang) et de la fièvre, alors que les virus feront plus rarement de la fièvre et généralement pas de sang dans les selles. Les parasites font généralement des diarrhées prolongées ou intermittentes avec une perte de poids due aux symptômes prolongés.

Voici quelques exemples de présentation typique selon les pathogènes :

  • Gastroentérite à rotavirus: Diarrhées très malodorantes et surtout des vomissements, touchant les nourrissons ou enfants en bas âges. Les symptômes peuvent durer 5-7 jours.
  • Gastroentérite à norovirus: Elle produit principalement des vomissements et ne dure que 1-3 jours
  • Gastroenérite à salmonella: Bactérie acquise suite à l’ingestion d’aliments contaminés (poulet pas assez cuit, oeufs crus, tartare de boeuf…). Elle provoque des maux de ventre, souvent en crampes, des diarrhées très liquides, des vomissements et un peu de fièvre. Elle dure en général entre 1-4 jours, mais peut parfois se prolonger
  • Gastroentérite à Escherichia Coli: Cette bactérie peut être acquise par ingestion d’aliments contaminés, au contact d’animaux infectés ou suite à l’ingestion d’eau contaminée (ex: eau de piscine). Le spectre des atteintes est large selon le sous-type de bactérie qu’on a contracté. Il y a notamment la diarrhée du voyageur, attrapée durant les voyages dans les pays où l’hygiène alimentaire est moins contrôlée. Parfois il peut s’agir de la souche E.Coli O157:H7 qui peut provoquer une atteinte de reins dans les suites de l’infection (syndrome hémolytique urémique).

Quels sont les risques de la gastroentérite ?

La gastroentérite est une infection souvent banale qui guérit spontanément.

Le risque principal de la gastroentérite est la déshydratation. Les diarrhées sont responsables d’une importante perte d’eau et de sel et les vomissements empêchent souvent l’hydratation correcte.

Les signes de la déshydratation sont : Muqueuses sèches (bouche sèche, pas de larmes), enfoncement des yeux, fontanelle déprimée (l’espace entre les os du crâne des bébés est enfoncé), enfant létharique, urines foncées ou diminuées (un nourrisson devrait uriner au moins 4x par jour, soit toutes les 6 heures).

Quel traitement lors des gastroentérites ?

La grande majorité des gastroentérites étant causée par des virus ou des bactéries bénignes, la résolution des symptômes se fera de façon spontanée sans nécessiter de traitement. Il y a cependant quelques gestes et traitements que l’on peut donner afin d’améliorer les symptômes et d’éviter la déshydratation.

  1. Hydratation: En cas de vomissements, évitez de donner de trop grandes quantités de liquides d’un seul coup. Fractionnez les liquides que vous donnez en une gorgée ou cuillère toutes les 10 minutes en augmentant très progressivement le volume ou la fréquence si l’enfant n’a pas vomi après 2 heures par exemple. Ce sera parfois difficile à faire, car l’enfant aura soif, mais il est important de faire ce fractionnement afin d’éviter un nouveau vomissement et de maintenir une hydratation minimale sur le journée. Si votre enfant est déshydraté, préférez les solutions de réhydratation ou les boissons légèrement sucrées (il n’est pas recommancé de donner de l’eau seule dans les cas de déshydratation)
  2. Solution de réhydratation orale: En cas de diarrhées ou de vomissements, vous pouvez acheter ces solutions généralement sous forme de poudre à diluer dans un verre d’eau. Elles contiennent des électrolytes (un mélange de sel et de sucre) et permettent de réhydrater un enfant qui est déjà déshydraté. On les donne en fractionnant comme décrit ci-dessus dans les cas de vomissements. En général on ne les donne que sur 48h, après il faudra en discuter avec votre médecin
  3. Le jus de pomme: Certaines références citent le jus de pomme comme alternative aux solutions de réhydratation orale. Il serait plus facile à faire boire (les solutions de réhydratation ont un mauvais goût), mais leur indication est débattue. En effet, on essaie de limiter les charges en sucre trop importantes qui risquent d’amplifier la diarrhée. On pourrait donc les donner en cas d’indisponibilité ou d’échec des solutions de réhydratation, en quantité raisonnable et dans les cas où la déshydratation n’est pas majeure
  4. Allaitement: Pour les nourrisson, l’allaitement remplace toute solution de réhydratation. Elle devrait donc être la première source de réhydratation. Mettez votre bébé plus souvent au sein en fractionnant les tétées
  5. Médicaments anti-vomitifs (anti-émétiques): Certains sont vendus dans le commerce, mais ils agissent surtout sur les nausées, comme le métopimazine (VOGALENE®) ou le diméhydrate (NAUSICALM®) aussi utilisé pour le mal des transports. En Suisse on utilise plutôt l’Itinérol B6® en dragées ou suppositoires. Une molécule anti-émétique généralement très efficace, est l’ondansétron, mais en raison de ses effets secondaires, elle n’est donnée que sous surveillance médicale
  6. Probiotiques: Il s’agit de germes « gentils » qui permettent de restaurer la flore digestive lors d’une diarrhée. C’est surtout le lactobacillus (aussi retrouvé dans les yaourts) qui est donné. Ils sont indiqués pour écourter la durée des diarrhées
  7. Médicaments anti-diarrhéiques: Ils sont rarement indiqués chez l’enfant et on leur préfère largement les probiotiques
  8. Les antibiotiques: Ils sont inefficaces sur les virus et ne sont pas indiqué pour la majorité des bactéries. On essaie en effet de limiter leur utilisation afin d’éviter la survenue de résistances. Il peut toutefois arriver qu’on y ait recours lors d’une gastroentérite sévère et due à certains types de bactéries.

Comment fait-on le diagnostic d’une gastroentérite ?

Le diagnostic est surtout basé sur la clinique: le nombre de vomissements, de diarrhées, l’évolution de la maladie etc. Il est possible de récolter les selles afin de détecter quels sont les germes impliquer. Ce test est possible en test rapide pour les virus: rotavirus et adénovirus ou en panel plus large qui prend plusieurs jours. Il n’est presque jamais pratiqué pour les enfants en bonne santé habituelle car le résultat n’inflencera pas le traitement.

Pour les bactéries, on peut faire une coproculture (récolte des selles, mises en culture) afin de détecter quelle est la bactérie ou le parasite responsable afin d’instaurer un traitement antibiotique ou antiparasitaire si nécessaire.

L’indication de prélever les selles est en général posée par la présence de sang dans les selles, de fièvre ou de diarrhées prolongées (plus de 5 à 7 jours).

Quand faut-il consulter ?

Les signes qui devraient vous amener à consulter rapidement sont surtout liés à la déshydratation:

  • Si votre enfant n’a pas uriné depuis plus de 6 heures
  • S’il n’a pas de larmes lorsqu’il pleure et qu’il a la langue sèche
  • S’il vomit systématiquement tout ce qu’il boit et qu’il n’est pas possible de l’hydrater
  • S’il a des maux de ventre très intenses, localisés en bas du ventre à droite ou s’il a un ventre très dur (ventre de bois): cela pourrait être des signes d’appendicite ou d’une obstruction digestive
  • Si la couleur du vomissement est verte
  • S’il a de la fièvre et du sang dans les selles
  • S’il a une diarrhée très importante en quantité et plus de 6x par jour ou si elle dure depuis plus de 5 à 6 jours
  • Si l’état de votre enfant vous inquiète

Comment prévenir une gastroentérite ?

La prévention repose surtout sur l’hygiène des mains. La plupart des transmissions se font par voie féco-orale, il est donc très important de vous laver les mains rigoureusement après chaque change et même idéalement à chaque fois que vous allez d’un enfant à l’autre.

Il existe un vaccin contre le rotavirus. Il s’agit d’un vaccin vivant atténué (une petite quantité de rotavirus vivant sous sa forme atténuée est injectée) commercialisé sous les noms de Rotateq® et Rotatix®. Leurs avantages est qu’ils ne doivent pas être injectés, mais peuvent être pris sous forme orale. L’ancien vaccin existant a dû être retiré du marché en raison car il aurait été la cause de nombreuses invaginations intestinales (lorsqu’un segment d’intestin glisse sur un autre). Actuellement, les nouveaux vaccins sont plus sécures, mais augmentent quand même légèrement le isque de faire une invagination intestinale.

Ce vaccin ne fait pas partie du schéma de vaccination habituel, mais il peut être administré sur certaines indications (par exemple si un voyage est entrepris à moins de 6 mois).

Les questions que vous nous posez

Quel est le volume minimal qu’un enfant devrait boire sur 24h pour ne pas se déshydater?

Le volume nécessaire se calcule toujours selon le poids de l’enfant. Il existe plusieurs formules pour calculer le volume minimal nécessaire, en voici un exemple:
– Jusqu’à 10kg, un enfant a besoin de 100ml par kg sur une journée
– De 10 à 20 kg, il aura besoin de 1000ml plus, 50ml/kg pour chaque kg en-dessus de 10kg: Par exemple, un enfant de 13kg aura besoin de 1000ml plus 150ml (50ml x 3), donc un total de 1150ml sur une journée.
– A partir de 20kg, il aura besoin de 1500ml plus 20ml/kg pour chaque kg supplémentaire à 20kg: Par exemple, à 25kg il aura besoin de 1500ml plus 100ml (20ml x 5), donc 1600ml.

Dernière mise à jour le