Chute sur la tête ou traumatisme cérébral

Chute sur la tête ou traumatisme cérébral

Souvent plus impressionnante que grave, la chute sur la tête, ou traumatisme cérébral, constitue un motif de consultation extrêmement fréquent aux urgences

Quelles sont les circonstances de chute?

Elles sont évidemment nombreuses et dépendent beaucoup de l’âge de l’enfant.

Chez les nourrissons, ce sont beaucoup les chutes du lit parental ou de la table à langer qui sont les premières causes de ce type d’accident. En effet à cet âge les bébés changent vite et acquièrent très rapidement de nouvelles

A l’âge de l’acquisition de la marche, il s’agit le plus souvent de chutes de sa propre hauteur ou contre des recoins de table.

Par la suite, les causes sont plus variées: chutes sur les places de jeux, chute en trottinette ou à vélo, accidents de la route, etc.

Les différentes atteintes cérébrales suite à la chute

On différencie le traumatisme cérébral simple (TCS) du traumatisme crânio-cérébral (TCC).

Le traumatisme cérébral simple, implique une chute sur la tête sans signe de gravité et dont l’évolution se déroule sans séquelles.

Le traumatisme crânio-cérébral implique que le cerveau a été atteint. Il s’accompagne en général d’un trouble de la conscience, même s’il est de courte durée. Le spectre de gravité est très large. Chez l’enfant, la plupart sont plutôt légers et ont une évolution très favorable. Ils nécessitent toutefois une surveillance médicale rapprochée de plusieurs heures (en général à l’hôpital).

Quels sont les signes de gravité?

Après une chute sur la tête, votre enfant sera dans un premier temps un peu “sonné”. Il risque d’avoir une courte phase où il sera pâle et calme, mais devrait vite reprendre son comportement habituel.

Les signes suivants indiquent un traumatisme potentiellement plus grave et devraient vous amener à consulter immédiatement:

  • Perte de connaissance, même brève, après la chute
  • Vomissements: 1 à 2 vomissements après une chute sont encore acceptables si votre enfant a été choqué, s’il y en a plus il faut faire un contrôle médical
  • Désorientation
  • Marche instable ou pertes d’équilibre
  • Votre enfant est très somnolent, se réveille peu
  • Enfoncement au niveau du crâne (ce qui pourrait être une fracture)
  • Difficultés à parler
  • Comportement inhabituel
  • Hématomes autour des yeux (yeux de raton laveur)
  • Mouvements de secousses des bras et des jambes (potentielles convulsions)
  • Maux de tête intenses et persistants

Le saviez-vous? Les enfants de moins de 2 ans sont les plus à risque pour les fractures du crâne. Recherchez-donc toujours un enfoncement du crâne après une chute. Les nourrissons de moins de 4 mois devraient systématiquement être amenés pour un contrôle médical après un impact sur le crâne.

Il y a aussi certains mécanismes de chute qui indiquent que la cinétique était importante et nécessite un contrôle médical. En voici juste quelques exemples:

  • Chute de 2x la hauteur de votre enfant ou plus, ou supérieure à un mètre pour les bébés (par exemple: chute d’une table à langer)
  • Le type de surface: Surface dure (carrelage, pierre) qui est plus à risque de lésions qu’une surface molle (tapis épais, moquette)
  • S’il s’agit d’un accident de voiture avec des passagers blessés
  • S’il s’agit d’un tonneau avec une voiture

Si votre enfant vous inquiète, n’hésitez pas à appeler ou consulter.

Que faire en cas de traumatisme cérébral?

Les premières 6 heures après l’accident sont les plus critiques. Surveillez votre enfant de façon plus rapprochée et s’il s’endort, contrôlez régulièrement son état d’éveil durant cette période. Par la suite il faut rester attentif aux signes comme les éventuels vomissements qui peuvent encore être liés à la chute jusqu’à 48h plus tard.

Appliquez de la glace à l’endroit de l’impact. Vous pouvez utiliser un cold pack, sorti du congélateur, mais n’oubliez pas de l’enrouler dans une serviette afin d’éviter les engelures.

Donnez du paracétamol en cas de mal de tête. Il est normal d’avoir mal à la tête après un traumatisme cérébral et le paracétamol ne va pas masquer des symptômes plus graves.

Ne forcez pas votre enfant à manger s’il n’en a pas envie. S’il est un peu sous le choc de l’impact, il n’aura probablement pas très envie de manger ou même de boire pendant un petit moment.

Essayez de garder votre calme. Votre enfant ressent le stress et cela pourrait amplifier sa propre angoisse. Il arrive parfois qu’à l’arrivée aux urgences, tous les signes/symptômes qui vous avaient inquiétés, aient disparus, simplement parce que l’angoisse générale est retombée.

Le retour aux activités

Après un traumatisme crânien, il faut un retour progressif aux activités de la vie. Le cerveau a besoin de se remettre et ça lui prendra un certain temps. S’il s’agit d’un traumatisme cérébral simple, la récupération peut être presque immédiate ou prendre, au plus, quelques heures, alors qu’une commotion cérébrale peut prendre plusieurs jours voire semaines pour qu’il n’y ait plus aucun symptôme. Dans ces cas là, la reprise des activités (sport, école, crèche) seront à discuter lors de la consultation avec votre médecin.

Comment prévenir les chutes sur la tête?

Soyez toujours sur vos gardes avec votre nourrisson et ne le laissez jamais sur une table à langer ou sur un lit, sans être près de lui. La plupart des accidents arrivent lorsque les bébés ont été laissés, même un bref instant, sans surveillance et qu’ils ont réussi à se retourner alors qu’ils ne l’avaient jamais fait jusque là. Vérifiez également toujours, que votre bébé soit bien attaché dans la poussette, une chute est vite arrivée et peut même se produire lorsque l’on porte rapidement la poussette dans des marches par exemple.

A l’âge de l’acquisition du 4 pattes, puis de la marche, protégez les coins pointus (coins de table etc). Mettez des protections “enfant” sur les fenêtres et munissez-vous d’une barrière pour éviter qu’il s’aventure seul dans les escaliers. Mettez-lui toujours un casque lors des activités de trottinette, vélo, luge etc. Éduquez votre enfant à toujours être attaché dans la voiture et munissez-vous d’un siège auto adapté à son âge. Jusqu’à 15 mois, un bébé devrait circuler dans le sens contraire de la marche (dos à la route) afin de protéger leur cou.

Ce n’est qu’à partir de 15 mois que la tête et le cou peuvent supporter les forces générées par un impact frontal

Quelques définitions des différentes atteintes crânio-cérébrales:

  • La commotion cérébrale: Elle est souvent marquée par une altération de l’état de conscience, des maux de tête, une irritabilité et une intolérance à la lumière et aux bruits. Elle dure quelques jours à semaines avant de se résoudre complètement.
  • L’hématome: Il s’agit d’un saignement qui peut être soit dans le cerveau (hématome intra-parenchymateux), soit entre le cerveau et l’os du crâne (hématome sous-dural), soit entre l’os du crâne et la dure-mère, une membrane rigide qui entoure le cerveau (hématome épidural). Tous ces saignements indiquent un traumatisme sévère qui a des évolutions très variables selon l’atteinte (guérison sans séquelles, séquelles légères à sévères ou décès).
  • Les fractures du crâne: On les découvre en palpant le crâne et en retrouvant un enfoncement localisé. Il y a plusieurs types de fractures avec avec un spectre d’évolution très variable. Elles nécessitent une hospitalisation pour surveillance.

Dernière mise à jour le