La piqûre (morsure) de tique

La piqûre (morsure) de tique

C’est un sujet récurrent qui motive de multiples consultations médicales du printemps à l’automne: la piqûre de tique. Ou devrait-on dire la “morsure” de tique puisque l’appareil buccal de la tique lui permet bien de mordre. Mais quels sont les risques de ces morsures? Comment réagir et quels sont les gestes adéquats? Quand faut-il consulter?

La tique européenne

La tique est un acarien, appartenant à la classe des arachnides. Elle est particulièrement active en printemps et en automne. Elle se trouve principalement en forêt, dans les sous-bois, ou si elle est dans un champ, elle grimpera facilement au sommet des hautes herbes.

La tique passe par 3 cycles de vie:

  1. la larve (6 pattes)
  2. la nymphe (8 pattes)
  3. la tique adulte (8 pattes)

Pour passer d’un stade à l’autre, elle doit se nourrir d’un repas sanguin. La durée du repas varie selon le stade de la tique (2-3 jours pour une larve, 7-11 jours pour une tique adulte). Les hôtes préférés sont les petits rongeurs, les oiseaux, les lièvres, chevreuils ou les animaux domestiques. La piqûre de tique est indolore.

Vecteur de maladies

La tique est malheureusement vectrice de maladies dont deux principales en Europe: la borreliose, ou maladie de Lyme et l’encéphalite à tiques.

D’autres organismes peuvent également être transmis par les tiques comme Rickettsia, Coxiella, Ehrlichia, Babesia, Francisella tularensis, mais il s’agit de pathologies rares. Pour que la maladie se transmette il faudra que la tique reste accrochée durant plusieurs heures (généralement >24h). Le risque de contracter une maladie après une morsure de tique est rare.

Comment se protéger?

Lors de vos promenades en forêt, privilégiez des vêtements recouvrant la plupart des parties du corps, un chapeau et des chaussures montantes (ou bottes) que l’on peut remonter sur le pantalon.

Un répulsif peut être utilisé sur la peau et les habits (attention de vérifier s’il est utilisable selon l’âge de votre enfant). Évitez les herbes hautes, buissons ou sous-bois.

Après une activité en plein air, inspectez minutieusement la peau de votre enfant ainsi que les cheveux. Parfois les tiques se cachent dans des endroits insolites (par exemple dans les plis des aines, les aisselles ou les plis des genoux).

Comment réagir lorsqu’on découvre une tique

Il est important de retirer la tique rapidement, car plus elle reste accrochée, plus le risque de transmission de maladies augmente.

Nous conseillons de retirer la tique à l’aide d’une pince plate ou d’une pince spécialisée qui peut s’acheter en pharmacie. Saisissez la tique au ras de la peau et appliquez une traction régulière. Il est fortement déconseillé d’utiliser de l’huile, de l’alcool, du vernis ou n’importe quel produit, car il risque d’irriter la tique qui sécrétera plus de salive avec une augmentation du risque de transmission de maladies.

Une fois la tique retirée, désinfectez la peau localement et surveillez la zone les jours suivants pour déceler l’apparition d’une rougeur en cible, caractéristique de la borréliose.

La maladie de Lyme (ou Borreliose)

Cette maladie suscite un intérêt croissant au sein de la population générale et du corps médical. C’est une maladie vectorielle (transmise par un vecteur qui est la tique) et causée par la bactérie Borrelia Burgdorferi. Une fois que nous sommes infectés, la bactérie se multiplie dans le sang jusqu’à ce que les symptômes apparaissent.

Stade 1

Dans le stade I de la maladie, les premiers symptômes de la maladie apparaissent entre 3 et 30 jours après l’infection. Il s’agit de:

  • Un syndrome grippal (rhume, toux, douleurs musculaires, légère fièvre, maux de tête)
  • Un érythème migrant: Une rougeur en forme de cible se forme à l’endroit de la piqûre (elle peut aussi parfois se former ailleurs qu’à l’endroit de la piqûre)
Image d'un érythème migrant.
L’érythème migrant
Image tirée du site de l’hôpital du Valais

Stade 2

Le stade II de la maladie, ou encore appelé stade précoce disséminé, se manifeste par une maladie disséminée les jours ou les années après la piqûre.

Elle touche donc plusieurs systèmes, le plus souvent le coeur, le système nerveux, l’appareil musculo-squelettique et la peau. Ses symptômes sont les suivants:

  • Cardite (inflammation du coeur) avec une insuffisance cardiaque et des troubles du rythme cardiaque (blocs de conduction électrique)
  • Lésions cutanées: annulaires secondaire, lymphocytome cutané bénin
  • Atteinte neurologique: méningite, paralysie faciale, radiculonévrite
  • Douleurs généralisées (musculaires, osseuses, articulaires), migrantes et transitoires, arthrites brèves
  • Diverses inflammations des conjonctives: conjonctivite, du foie: hépatite, des testicules: orchite, de la gorge: angine

Stade 3

Finalement le stade III apparaît généralement des mois ou des années après l’exposition. C’est l’infection tardive ou chronique qui prend des formes de maladies chroniques articulaires ou neurologiques principalement et parfois également cutanée.

La symptômes sont peu spécifiques et peuvent correspondre à tous sortes de diagnostics autres. Seuls les examens sérologiques effectués sur le sérum (provenant du sang), le liquide céphalo-rachidien (liquide qui se trouve dans les méninges) ou le liquide synovial (liquide articulaire) peuvent confirmer ce diagnostic. Voici en termes scientifiques les manifestations cliniques de ce stade:

  • Peau: Acrodermatite chronique atrophiante (peau atrophiée, de coloration bleu-rougeâtre évoluant très lentement)
  • Articulations: Arthrites prolongées et chroniques, périostites
  • Neurologique: Encéphalomyélite chronique, paraparésie, polyneuropathie axonale, démence
  • Yeux: Kératite, rétinite

Comment poser le diagnostic

Tout d’abord, une simple morsure de tique ne nécessite pas d’investigations complémentaires.

S’il y a un érythème migrant (lésion cutanée en cible), le diagnostic peut être posé cliniquement, c’est à dire sans nécessité de prises de sang car il est très caractéristique de la maladie.

Sinon, on fera une sérologie qui permet de détecter la formation d’anticorps dans le sang et on recherchera la bactérie directement en prélevant du tissu ou du liquide de l’organe touché. Par exemple, s’il y a des symptômes cardiaques, on fera une biopsie du coeur, s’il y a des douleurs aux articulations, on prélèvera du liquide articulaire etc.

Quel traitement?

La maladie de Lyme se traite par antibiotiques. En revanche. une “simple” piqûre de tique ne justifie pas de traitement antibiotique car le risque de transmission de maladie à ce stade est faible.

La plupart des manifestations de la borréliose de Lyme régressent spontanément. Cependant, les antibiotiques sont indiqués pour réduire la durée des symptômes et pour prévenir d’éventuelles complications (arthrite, cardite et neuroborréliose).

Le choix des antibiotiques est dicté par le stade de la maladie. Seule une atteinte neurologique ou cardiaque nécessitent un traitement intraveineux, le reste des atteintes pouvant se traiter par une prise antibiotique orale. Le syndrome post-borréliose n’est pas une indication au traitement.

Attention: Une rougeur localisée apparue dans les quelques heures à 48h d’une piqûre correspond probablement à une réaction locale et ne doit pas être confondue avec un érythème migrant. Elle se distingue par son apparition soudaine et son déclin rapide. De plus elle fait rarement plus qu’un centimètre de diamètre et ne s’étend pas.

L’encéphalite à tiques

Elle est provoquée par le virus FSME et connue sous le nom de méningo-encéphalite “vernoestivale” par référence aux saisons (printemps-été) pendant lesquelles elle sévit.

Environ 1% des tiques sont porteuses du virus. Les régions touchées sont principalement l’Europe de l’Est, le nord du Japon et la Chine. En Suisse c’est surtout le Nord-Est qui est touché. Le virus est très rare en France. Vu qu’il s’agit d’un virus, il n’y a pas de traitement. La seule protection repose donc sur la vaccination.

Quelles sont les manifestations de la maladie?

Dans la plupart des cas de morsure de tique infectée, votre enfant ne développera pas de symptômes. Une minorité aura, dans les 2 à 28 jours suivant l’infection, un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires).

Parmi ceux-ci un faible pourcentage de 5-20% risque de développer une encéphalite ou méningite avec une raideur de nuque, un ralentissement général (fatigue, problèmes de concentration, de mémoire), des vertiges, des problèmes de sommeil et des paralysies. Ces symptômes peuvent durer des semaines ou des mois pour finalement disparaître dans la plupart des cas.

Le risque de décès ou de séquelles permanentes existe, mais est extrêmement rare. Il touche surtout les personnes âgées. A noter que les enfants de moins de 6 sans sont souvent moins malades que les adultes.

La vaccination

La vaccination nécessite 3 doses de vaccin (0, 2-4 semaines, 6-12 mois). Des rappels sont ensuite recommandés tous les 10 ans. En Suisse les vaccins sont recommandés dans toutes les régions (sauf Genève et le Tessin) aux personnes qui sont à risque d’être exposées aux tiques (promenades en forêts, bordures de forêts, haies et buissons, etc.) . En France, les vaccins sont recommandés surtout aux voyageurs selon les régions visitées.